Les petits éléments, génération 2020, plus faciles à poser

Qualité constante, légèreté, complément d’isolation, manipulation aisée… Autant de propriétés qui caractérisent les petits éléments de maçonnerie aptes à répondre aux défis qui les attendent.

De nombreuses d’évolutions caractérisent depuis une dizaine d’années le monde de la maçonnerie en petits éléments. Le plus classique, le bloc béton, se présente désormais rectifié.

Ces éléments rectifiés ont trois avantages : stabilité dimensionnelle, pose en maçonnerie roulée ou colle déposée au pistolet, joints horizontaux de faible épaisseur (1 à 2 mm, contre 10 mm dans la maçonnerie traditionnelle) et, par ricochet, suppression des ponts thermiques liés aux joints de mortier traditionnel, d’où une amélioration de la performance thermique de la paroi.

       

Ces caractéristiques techniques conduisent également à une augmentation de la productivité sur les chantiers, la pose s’avèrant, en effet, plus simple et rapide. Les maçons réticents au départ la plébiscitent aujourd’hui car, selon les chantiers, les gains de productivité par rapport à une pose traditionnelle au mortier sont de l’ordre de 20 à 40 %.

Complément d’isolation

Sur le plan thermique et tous matériaux confondus, les progrès sont également significatifs dans la contribution de ces produits à l’isolation des constructions, notamment lorsqu’elles sont classiquement isolées par l’intérieur.

En effet à côté de l’offre classique, les industriels ont tous développé des produits dotés d’une résistance thermique R supérieure à 1, ce qui permet dans certains cas de s’affranchir des rupteurs.

Si l’on s’intéresse au bloc béton, cela a conduit, dans un premier temps, au développement de produits à base de granulats légers, puis à l’intégration d’isolants dans les alvéoles, et aujourd’hui à des blocs avec mousse isolante minérale intégrée. Sans oublier les produits avec granulats biosourcés qui, outre leurs propriétés isolantes, s’inscrivent dans une démarche bas carbone.

Le bloc béton a beaucoup évolué avec des surfaces rectifiées et des remplissages à base de produits isolants.

C’est probablement la plus grande évolution constatée sur le marché des petits éléments de maçonnerie ces dernières années : à savoir le développement du bloc béton rectifié qui intègre une mousse de béton isolante 100% minérale (Airium de Lafarge). L’une de ses principales caractéristiques réside dans sa faible densité de ciment – jusqu’à six fois moins que le béton classique –, ce qui permet de piéger un grand volume d’air à l’état sec et d’obtenir des propriétés thermiques comparables à celles des matériaux d’isolation traditionnels.

Ainsi son coefficient d’isolation thermique (lambda de 0,035 W/m.k à 0,10 W/m.k en fonction de la densité) est comparable à celui d’une laine minérale. Les blocs de 20 remplis avec cette mousse affichent un R de 1,7 m2.K/W. Côté mise en oeuvre, les blocs sont rectifiés pour assurer une pose à joint mince.

 

@source : Batirama.fr